2 Le Projet Collart-Palmyre. Étude d‘un projet de visualisation numérique du patrimoine antique à la lumière de la Chartre de Londres et des Principes de Séville

Dr. Patrick Michel (Institut d’archéologie et des sciences de l’antiquité, Université de Lausanne)

Produire le double digital d’un monument détruit à Palmyre: choix, précision, authenticité

Le fonds Paul Collart conservé à l’Université de Lausanne représente aujourd’hui la source la plus complète pour comprendre et restituer le sanctuaire de Baalshamîn détruit à l’explosif à l’été 2015: photographies, dessins, plans, carnets de fouilles sont conservés, numérisés et indexés. L’université de Lausanne abrite aujourd’hui un projet de recherche autour de ces archives de l’archéologue suisse Paul Collart qui fouilla Palmyre entre 1954 et 1956. Le projet actuel est placé sous la directions scientifique de M. Michel. Dans le cadre de partenariats internationaux, des modèles 3D et une expérience de réalité virtuelle ont été créés.

Grâce aux données disponibles, l’espoir subsiste d’identifier les blocs épars du sanctuaire détruit et des anastyloses virtuelles sont proposées. De plus, le projet développe des activités pour les communautés locales et participe à la lutte contre le trafic illicite des biens culturels. Dans le cas de Palmyre, il faut garder à l’esprit que les modèles 3D produits le sont très loin des populations civiles qui auront, les premiers, besoin de ces modèles, au-delà de la question de leur authenticité, non seulement pour évaluer la faisabilité d’une reconstruction éventuelle (si telle était leur volonté), mais aussi pour transmettre la mémoire culturelle d’une histoire plurielle.

En ce qui concerne la production de doubles digitaux de monuments détruits, et on fonction des moyens investis, des choix s’opèrent inévitablement concernant le niveau de précision des modèles. Enfin, la question de l’authenticité doit être posée: quelle est le lien entre le patrimoine disparu et son double digital? Comment est perçu le double dans la société? Quelle sont les limites de la restitution virtuelle? Dans quelle mesure le double digital peut-il être considéré comme authentique et historique?

Digital strukturieren | Gestion numérique